Les fêtes de fin d’année signifient un surcroît de travail, surtout pour nos fournisseurs. Veuillez donc commander à temps vos travaux d’impression pour décembre. Ensemble, nous passerons une merveilleuse fin d’année!

Toutes les catégories
  1. Identité visuelle
  2. Promotion
  3. Horeca
  4. Produits photos
  5. Stickers
  6. Cadeaux d’entreprise
  7. Présentation
  8. Promotion extérieure
  9. Vêtements & textiles
  10. Sacs
  11. Emballages
  12. Inspiration et conseils

D’un designer de flyers vers un designer renommé: lisez l’histoire hors du commun du fondateur de US By Night Rizon Parein

Lina Janssen a écrit cet article dans Clients

Pour la deuxième année consécutive, Us By Night, un festival de trois jours sur la créativité et le design, s’empare de la ville d’Anvers. Le génie derrière tout ça? Rizon Parein, un designer 3D renommé. Qu’est ce qui le relie à Apple, Nike, et le film ‘Drive’? Nous avons discuté avec Rizon pour le savoir.

Rizon, votre carrière de designer de flyers jusqu’à un designer renommé et demandé est plutôt unique. Pouvez-vous nous raconter plus à ce sujet?

Quand j’avais 17 ans, j’étais obsédé par les graffitis. Et je pensais que ça pouvait devenir mon gagne-pain. Je n’étais pas le meilleur ami des forces de l’ordre, donc j’ai arrêté mes études et je suis allé habiter tout seul. Mais vivre des graffitis n’a pas trop marché, et je me suis retrouvé dans le port.

Deux ans après, j’avais le droit à une allocation, et j’ai donc arrêté au port. Ce n’était pas pour profiter, mais parce que je n’étais vraiment pas heureux avec mon travail. Je devais trouver de nouveaux buts dans ma vie. Et à l’époque, j’ai fait une analyse plutôt hors du commun: je ne voulais plus jamais avoir un patron, je voulais travailler à la maison (je déteste faire la navette maison – travail) et je voulais faire quelque chose avec un minimum de risques financiers.

Rizon Parein Landscape LA

Ces trois buts m’ont fait beaucoup réfléchir: quelle activité est donc compatible? Et à ce moment-là, j’ai pensé à me lancer dans le design. Je me suis dit: ‘ça ne peut pas être aussi difficile. C’est une photo avec un texte dessus’.

Au début, je créais le design des flyers pour la communauté hip-hop que je connaissais grâce aux graffitis, mais plus tard, je suis rentré dans la scène du milieu festif, chez plusieurs discothèques. Mon ‘astuce’ était la suivante: je travaillais à bas prix, mais j’exigeais de régler moi-même les travaux d’impression. Les flyers ont été pour moi une sorte d’éducation scolaire personnelle, et de ce fait je suis devenu plus ambitieux. Je voulais faire toutes sortes de projets fous, au lieu de choses faciles.

Après 6, 7 années dans le business du milieu festif, je fus abordé par le directeur créatif de LG&F (n.d.e. l’actuel Famous), Christophe Ghewy. Et c’est comme ça que tout a commencé.

Votre portfolio est très complet. Quelle activité aimez-vous le plus?

Parfois, je pense que je suis un architecte frustré. J’aime vraiment l’architecture, mais j’aime autant le design d’une tondeuse. Ma passion est de façonner, créer un objet. Dans le monde graphique, beaucoup de choses sont créées avec l’idée que ça doit être parfait sous un angle unique, alors que lorsque je crée quelque chose, ça doit aussi être physiquement possible, et intéressant sous tous les angles. La plupart du temps, ce n’est pas reproduit physiquement, mais c’est tout de même mon principe. Rizon Parein Air Max Balls fullres C’est par exemple le cas chez Nike. Beaucoup de choses se retrouvent effectivement dans les magasins. J’ai créé une sorte de balle, avec une ventilation, dans le style des chaussures Air Max. Et cette balle a commencé à vivre une vrai vie: depuis trois ans, elle est utilisée lors des Air Max Days, et dans plusieurs pays. Et je trouve ça vraiment super.

Nous venons d’effleurer le sujet. Comment se passe votre procédé créatif? Comment commencez-vous?

Dans le secteur publicitaire, vous recevez la plupart du temps un briefing qui, après beaucoup de travail et de modifications, sera vendu au client. Un moodboard (planche d’inspiration) est aussi souvent attaché au briefing. Mais ce moodboard est en fin de compte le travail de quelqu’un d’autre. Néanmoins, le client s’attend à ce que vous faites ceci. Et c’était pour moi, et ma créativité, vraiment pas évident.

Chez Nike, c’est vraiment différent. Nike utilise pour leurs nouveaux produits aucun bureau publicitaire. Vous commencez donc directement à la source: vous recevez une liste avec les différentes valeurs de la nouvelle chaussure, et avec ça, vous devez construire une campagne. Ça prend du temps, mais le résultat est vraiment bon.

Rizon Parein Kobe Roshe fullres

À côté de votre travail pour Nike, nous trouvons une multitude de néons dans votre portfolio. Qu’est-ce qui vous attire dans cette esthétique?

Dans le monde du graffiti, le défi est d’avoir son propre style. C’était vraiment cool lorsque tu pouvais dire: ‘c’est mon invention’.

Cette mentalité m’a toujours gardé actif. Chercher, chercher et encore chercher… jusqu’au moment où j’ai reçu un nouveau job de Famous, pour Eristoff. Ils demandaient si je ne pouvais pas créer un néon tellement réaliste qu’il pouvait convaincre les clients qu’il était réel. Et ma réaction a été la suivante: ‘Au travail! C’est super, ça a vraiment un côté magique, un néon comme ça.’

Mais évidemment, je devais avoir quelque chose qui, sur la toile, se propagerait viralement. Et j’ai tiré mon inspiration du film Drive. J’ai regardé le film et le soir même, j’ai commencé à travailler sur le néon. Le matin suivant, je me suis réveillé et ma boîte mail avait explosé: la moitié des femmes fans de Ryan Gossling qui voulaient un poster, l’autre moitié avec de vrais briefings. Entre autres GQ-magasine des États-Unis, avec comme remarque à la fin de leur briefing qu’ils règleraient eux-mêmes les frais de transport. Beaucoup de monde a vraiment pensé que le néon était réel (sourit). drive Mais bon, cette image s’est donc propagée à toute vitesse, et un grand nombre de jobs s’en sont écoulés. Facebook, Eristoff, Apple, Nike, Jay-Z, … sont tous des noms pour lesquels j’ai créé des néons. Ça n’a pas de limites.

Avez-vous un conseil pour les designers qui débutent?

La première fois que je me suis rendu à OFFF à Barcelone, personnellement, ça m’a vraiment ouvert les yeux. Les personnes que j’ai rencontré là-bas étaient pour moi comme des rebelles d’Adobe: ils utilisaient ces outils d’une manière incorrecte, mais d’une bonne manière. Et sans lire le manuel d’utilisation, ils obtenaient des résultats uniques, de films jusqu’à la mode. Aucune limite. Et je trouve ça approprié de partager ces connaissances avec des designers débutants.

Rizon Parein Nike The Art Of Attack Rizon Parein 001 fullres

Vous-parlez de OFFF Barcelone, mais pouvez-vous nous raconter un peu plus à propos de US by night?

L’année dernière, la ville d’Anvers avait demandé si je voulais être curateur de la partie design de ‘Born in Antwerp’. À l’époque, mon réflexe a été d’organiser une franchise de OFFF, car j’y était orateur l’année précédente.

Mais je voulais y ajouter plus de rock and roll et de passion. J’avais en tête ‘ne faudrait-il pas approcher ce concept comme sorte d’expérience festive? Pour commencer, ça doit se passer le soir. Et tout doit être parfait.’ La seule question que je me posais encore, c’était de savoir comment y ajouter l’aspect social. Car en fin de compte, beaucoup de monde vient pour pouvoir agrandir son réseau et ses connexions, mais aussi pour s’inspirer mutuellement autour du bar.

Je me souvenais de la période durant laquelle j’étais à New York. J’allais souvent au Brooklyn Night Market: un bâtiment industriel et une nouvelle manière de sortir. Le soir, c’était vraiment super social avec un marché aux puces, boutiques artisanales, podium de concert… j’avais vraiment le sentiment ‘si je pouvais avoir un marché comme ça à côté de la salle de conférence.’ Et nous avons opté pour ce concept.

Cette année, le marché de la nuit sera encore plus grand. Nous avons des démos, une installation gigantesque de Felipe Pantone réalisée par Printdeal.be, Ilovedust avec un mur gigantesque recouvert de posters, et un troisième podium pour des tutoriaux. Et nous avons sur le planning entre 60 et 70 artistes venant du monde entier. C’est vraiment fou.

night market

Nous sommes curieux! Et que pensez-vous du monde du design en Belgique?

C’est une question difficile, car tout se passe en ligne. Parfois, vous êtes curieux de savoir d’où un artiste vient, mais aucune adresse n’est mentionnée sur son site internet. Ce n’est plus nécessaire, vous avez une adresse e-mail, un numéro de téléphone, …

Ce que je trouve frappant à Anvers, c’est que la présence du monde de la mode a un impact sur la créativité de la ville. Et la barre est très haute, les gens deviennent donc critique, de façon positive.

Il n’y a pas longtemps, j’ai donné une conférence à la haute école Karel De Grote, et j’ai été surpris par la présence de l’envie d’entreprendre. J’avais vraiment un sentiment d’admiration, car je pensais que ça n’existait qu’à New York. Les étudiants forment ensemble des équipes et se complètent mutuellement.

Je pense que si j’avais étudié, et que par exemple l’un de mes amis était un copywriter, un autre ami comptable et moi-même designer, nous aurions pu démarrer un bureau publicitaire. Ou avoir dessiné des brosses à dents. C’est aussi une possibilité.

C’est aussi quelque chose que nous retrouvons chez Us By Night, non?

Oui, c’est correct. L’année dernière, j’avais vraiment le sentiment que ‘oh non, je ne peux pas faire ça tout seul, j’ai besoin d’une équipe.’ Et j’ai donc commencé à collaborer avec Wecomeasfriends. C’est vraiment une équipe de rêve: tout se déroulais parfaitement, avec la même dévotion que je possède. Ça rend la vie beaucoup plus facile, s’il vous est possible de lâcher quelques tâches. Le travail en équipe est le concept gagnant!